Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Troisième dose pour les 80 ans et plus : des ratés sur Clic Santé

Troisième dose pour les 80 ans et plus : des ratés sur Clic Santé

Plan rapproché sur la main d'une infirmière qui s'apprête à injecter une dose de vaccin dans le bras droit d'une dame âgée.

L’administration de la troisième dose du vaccin contre la COVID-19 dans les résidences privées pour aînés de la région de la Capitale-Nationale devrait durer entre quatre et six semaines. PHOTO : RADIO-CANADA

Colin Côté-Paulette

Des Québécois éprouvent de la difficulté à s’inscrire pour leur troisième dose de vaccin contre la COVID-19 sur le portail web Clic Santé. En raison d’un probable problème technique, certains en viennent à mentir sur leur statut pour obtenir leur précieux rendez-vous.

Mardi matin, Marie-Josée Perron avait six personnes âgées de 80 ans et plus à inscrire pour leur troisième dose de vaccin.

Chaque fois, elle s’est butée au même obstacle : si elle n’indiquait pas dans le formulaire que les gens étaient immunodéprimés ou dialysés, il était impossible de prendre rendez-vous.

Mme Perron s’est donc vue obligée d’indiquer que les personnes qu’elle inscrivait étaient immunodéprimées pour s’assurer d’avoir un rendez-vous pour ces dernières, même si elles ne sont pas dans cette situation.

Je l’ai fait pour chacune des personnes parce que je ne voulais pas qu’ils se fassent vacciner au mois de janvier, raconte-t-elle.

Mme Perron n’était toutefois pas au bout de ses peines. À la fin du formulaire, on demandait encore une fois de confirmer que la personne inscrite était immunodéprimée ou vivait dans un CHSLD (Centre d’hébergement et de soins de longue durée) ou une RPA (Résidence privée pour aînés) pour que la prise de rendez-vous soit enregistrée par le site web. Une seconde fois, elle a dû inscrire une information erronée afin d’obtenir le rendez-vous.

Ça n’a pas de bon sens. […] Je ne dois pas être la seule, parce que les rendez-vous s’envolent! s’exclame-t-elle.

Mme Perron a vainement tenté de parler au téléphone avec un employé de Clic Santé, avant de se résigner à appeler les médias.

Un problème réglé sous peu

Le personnel du ministère de la Santé et des Services sociaux est au fait du problème.

Tout devrait rentrer dans l’ordre sous peu, indique une source au sein du ministère.

La prise de rendez-vous pour les gens âgés de 80 ans et plus commençait ce matin à 8 h.

Avec les informations d’Edith Hammond et de Sébastien Bovet Colin Côté-Paulette (accéder à la page de l’auteur)Colin Côté-Paulette

Partager

Revenir en haut de la page