Accueil / Comités et dossiers / Condition féminine / Le Comité Condition féminine poursuit sa visibilité
Le Comité Condition féminine poursuit sa visibilité

Le Comité Condition féminine poursuit sa visibilité

Se  tenait le 15 avril dernier, au Centre St-Pierre, un mini-forum organisé par la Fédération des femmes du Québec, dont la thématique portait sur l’engagement social des femmes aînées dans leur association mixte. À ce forum, une cinquantaine de femmes issues pour la plupart des grandes associations provinciales étaient présentes et neuf représentantes de l’AQDR ont assuré une participation active et efficace.

Rappelons qu’à l’automne 2012, les responsables de ce projet avaient fait une tournée provinciale afin d’échanger sur le rôle que nous tenons et sur les accessibilités difficiles rencontrées dans un contexte de bénévolat. Lors de  ces renco

ntres nous insistions sur le peu de place que l’on accordait aux réalités que nous vivons : pauvreté, inégalités, manque d’écoute, rapports parfois laborieux avec les hommes, diverses formations à parfaire,  etc. En conclusion, nous voulions mettre à profit notre savoir-faire  en y associant  la notion de plaisir.

Pour sa part, Michèle Charpentier, professeure titulaire, UQÀM, alors conférencière invitée au mini-forum, nous a brossé un portait de notre engagement  et  a souligné que la femme aînée militant entre 15 à 20 heures par semaine, était plus avant-gardiste dans son engagement social, lequel engagement tient un rôle majeur dans sa vie. Souvent impuissante, elle recherche le pouvoir pour poser des actions, réaliser des choses et non le pouvoir de dominer et, fait intéressant, elle est plus transparente et authentique en vieillissant. La lecture du PPT ci- joint, permettra donc de cerner quelques éléments de recherche qui complètent notre tour d’horizon.

PPT de Mme Michèle Charpentier

Enfin, en atelier, nous avons abondamment échangé sur les différents éléments  discutés à l’automne 2012 entre autres. Il en est ressorti le besoin de nous rencontrer  une à  deux fois l’an afin de partager et de nous informer de ce qui se fait dans les différentes associations. Il a été aussi suggéré de suivre des formations sur le fonctionnement de comités par exemple  et nous impliquer aux nombreuses revendications tellesque : les divers allégements fiscaux, le bénévolat rémunéré, la situation des proches-aidants, etc.

J’ai personnellement suggéré de former une  coalition sur la place publique lorsque des sujets d’importance  nécessiteront  une mobilisation afin de nous donner une plus grande  force de frappe et d’avoir  une  vitrine plus imposante  pour nous faire entendre. Ce projet de coalition, qui a semblé avoir été bien reçu par l’ensemble des femmes des différentes associations prendra forme incessamment.  Les grands débats d’assurance  autonomie, d’hébergement et de maintien à domicile seront également au cœur de notre implication.

En résumé, cette journée de réflexions et d’échanges a en quelque sorte permis aux femmes de se regrouper et d’être suffisamment stimulées  pour vouloir poser des actions concrètes dans le futur en inter-associations. Cette volonté d’agir ouvre donc une voie vers une stratégie de partage et d’échanges. Cette initiative de la Fédération des femmes du Québec aura donc ravivé en chacune de nous  la flamme du militantisme et nous leur en sommes très reconnaissantes.

Le comité Condition féminine a obtenu l’autorisation de la part de l’auteure Michèle Charpentier,  pour la diffusion de son PPT dans ce présent bulletin FDS.

Partager

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page