Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / « Voler ses grands-parents, c’est ignoble»
« Voler ses grands-parents, c’est ignoble»
Photo : La Presse+

« Voler ses grands-parents, c’est ignoble»

Le juge n’a pas été tendre à l’endroit d’un homme qui a escroqué des centaines de milliers de dollars à ses grands-parents octogénaires, un type de fraude qui survient « très fréquemment ». 

Jean-Yves et feu Louise Bernier ont tout perdu : leur maison, leurs épargnes et leur santé. Pendant plus de six ans, leur petit-fils Guillaume Bernier leur a soutiré des centaines de milliers de dollars en abusant de leur générosité. Et après avoir pratiquement poussé à la rue ses grands-parents octogénaires, il aurait ruiné et harcelé son ex-conjointe, une mère seule de trois enfants.

« Ça dépasse l’entendement ! C’est pas compliqué ! » Le juge Thierry Nadon n’a pas mâché ses mots le mois dernier en condamnant Guillaume Bernier à 33 mois de prison, dont il lui reste 20 mois à purger. L’homme de 33 ans a plaidé coupable à une accusation de fraude commise entre 2012 et 2019 à l’endroit de ses grands-parents, d’une tante et d’une amie.

Ce type de fraude survient « très fréquemment », selon l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), qui a relaté à La Presse une dizaine de cas récents d’aînés victimes d’escroquerie de la part de leurs enfants, de leurs petits-enfants ou de leur conjoint.

« Voler ses grands-parents, c’est ignoble. Ignoble ! Sa grand-mère qui souffre de démence et on se sert dans ses avoirs sans scrupule, et M. Bernier ne daigne dire un mot à la cour. Il n’a rien à dire. Je trouve ça ignoble. Ça dépasse l’entendement », a tranché le juge, après le refus du fraudeur de s’adresser à la cour. Ce dernier devra maintenant rembourser 100 000 $ en 10 ans à son grand-père.

Dépendant au jeu, Guillaume Bernier a multiplié les mensonges pour mettre la main sur les économies d’une vie de ses grands-parents, qui l’ont pourtant hébergé à plusieurs reprises. Si la fraude admise par les parties s’élève à 100 000 $, la perte se situe plutôt entre 700 000 et 800 000 $, maintient la tante de l’accusé, comptable de profession.

« Mes parents étaient comme dans une secte et le gourou était Guillaume. Mes parents sont devenus totalement sous son emprise. Ils ne voyaient plus clair et n’avaient plus leur jugement. Ils étaient prêts à faire n’importe quoi pour sauver leur petit-fils », a expliqué à la cour Hélène Bernier, qui a aussi été victime de son neveu.

Vers 2011, Guillaume Bernier demande à son grand-père de lui prêter 44 420 $ pour acheter deux camions pour un travail fictif. S’ensuit une série de prétextes pour soutirer toujours plus d’argent à ses grands-parents pour ses camions inexistants. Son grand-père sort même 25 000 $ de son fonds de retraite pour payer de prétendus droits d’immatriculation.

En 2014, Guillaume Bernier fait croire à ses grands-parents qu’il a besoin de 25 000 $ pour éviter de se faire casser les jambes. Sa tante Hélène découvre alors avec stupeur que ses parents avaient déjà perdu environ 400 000 $.

Lire la suite de l’article dans La Presse+.

Revenir en haut de la page