Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Visites permises dans les résidences pour personnes âgées
Visites permises dans les résidences pour personnes âgées

Visites permises dans les résidences pour personnes âgées

(Québec) Québec donne le feu vert à la reprise des sorties et des visites dans les résidences pour personnes âgées (RPA) et les ressources intermédiaires (RI). Le plan de déconfinement, à l’instar de celui touchant les CHSLD, a été présenté jeudi aux dirigeants du réseau de la santé.

Les « assouplissements proposés » par les autorités tiennent compte de la situation épidémiologique qui prévaut au Québec en date du 18 juin, est-il écrit dans le plan de déconfinement. Comme il était aussi précisé dans celui visant les CHSLD, on indique par ailleurs que « ces mesures pourraient être resserrées » en cas de « recrudescence de la maladie ».

Dans les RPA, les sorties sans supervision et les séjours à l’extérieur pendant plus de 24 heures sont permis. C’est aussi le cas dans les établissements où il y a une éclosion de la COVID-19, sauf pour les résidants qui sont atteints du virus ou à risque (présente des symptômes ou a été en contact avec un cas confirmé).

Les visites sont aussi permises dans les unités locatives, mais aucun visiteur n’est autorisé dans les aires communes. Pour les RPA avec une éclosion, les visites devront encore attendre. Les rencontres extérieures (maximum 10 personnes), suivant les consignes de distanciation sociale, sont cependant acceptées dans toutes les résidences pour personnes âgées.

Pour l’accueil du personnel soignant comme les dentistes, du personnel embauché par les familles et les bénévoles, c’est aussi oui, mais à compter du 26 juin seulement, et uniquement dans les RPA sans cas de COVID-19.

L’admission de nouveaux résidants en RPA et les activités à la salle à manger (respectant le concept de bulle) sont aussi permises.

Dans les ressources intermédiaires, les mesures varient selon la clientèle de l’établissement. Les séjours temporaires dans le milieu familial ou dans « le milieu désigné dans le plan d’intervention de l’usager » pendant plus de 24 heures sont autorisés, tout comme la « réintégration d’usager après une séjour » de 24 heures à l’extérieur.

Dans le cas d’une « éclosion localisée » dans une RI de plus de 10 places, les usagers asymptomatiques seulement pourraient être autorisés à sortir.

Les sorties sans supervision ou avec supervision (si la situation de l’usager l’exige) sont possibles ainsi que les visites. Les visites sauf celles « nécessaires à des fins humanitaires » demeurent interdites dans le RI avec une éclosion.

Les repas à la salle à manger sont permis, tout comme la tenue d’activités extérieures organisées par la ressource. Le retour des bénévoles sera autorisé à compter du 26 juin, seulement dans le RI où il n’y a pas de cas de COVID.

Lire l’article sur le site web de La Presse.

Partager

Revenir en haut de la page