Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Pourquoi avoir si peur de la dette?
Pourquoi avoir si peur de la dette?
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne «Inévitablement, l’augmentation de la dette totale semble dramatique. Mais, selon moi, cette dette est soutenable», souligne l'auteur.

Pourquoi avoir si peur de la dette?

Texte de : Anthony Frayne
Diplômé en sciences économiques du London School of Economics, MBA de l’Université McGill

Dans les médias, il y a de plus en plus de messages apocalyptiques au sujet de la dette publique canadienne. Comment va-t-on la rembourser ? À quand le début de l’austérité ?

Pendant la première vague de la pandémie, il y avait un quasi-consensus sur la nécessité de programmes de sauvetage économique. L’effet positif de cette approche a été excellent. La croissance résultante a permis de récupérer la moitié de la baisse rapide d’activité au printemps. Nous semblons avoir évité une récession grave et de longue durée. La performance du Canada a été parmi les meilleures des pays occidentaux.

Bien sûr, on a créé des déficits dans les centaines de milliards de dollars. Inévitablement, l’augmentation de la dette totale semble dramatique. Mais, selon moi, cette dette est soutenable pour le gouvernement fédéral ; le déficit le serait aussi pour le Québec si, comme il le faut, le fédéral effectue les transferts appropriés aux provinces.

Mais maintenant, on commence à avoir la frousse quant au niveau de dette accumulée. Pourquoi ? Est-ce un esprit puritain qui se réveille ? Est-ce le réflexe habituel de la droite, qui conteste toute hausse des dépenses publiques ? Est-ce la peur d’une descente aux enfers comme celle qu’a connue la Grèce au cours de la dernière décennie ? Est-ce la crainte d’une fuite du dollar canadien vers d’autres monnaies ? Est-ce une peur d’une inflation non maîtrisable ? Examinons ces arguments les uns après les autres.

Lire la suite de l’article sur le site web Le Devoir.

Partager

Revenir en haut de la page