Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Élections fédérales: les aînés interpellent les candidats
Élections fédérales: les aînés interpellent les candidats
Pauline Robert, présidente de l’AQDR de Granby, et les candidats dans Shefford: Pierre Breton (Parti libéral), Andréanne Larouche (Bloc québécois), Nathalie Clermont (Parti conservateur du Québec), Mariam Sabbagh (Parti populaire du Canada), Raymonde Plamondon (Nouveau Parti démocratique) et Catherine Turgeon (Parti vert).

Élections fédérales: les aînés interpellent les candidats

Les candidats des six partis qui briguent les suffrages dans la circonscription de Shefford sont allés à la rencontre des aînés pour répondre aux questions qui les touchent dans le cadre d’une rencontre organisée par l’Association québécoise des retraités (AQDR) de Granby, lundi.

« L’AQDR est une association de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées. C’est un droit d’aller voter, mais si tu ne connais pas les noms, tu votes à peu près », plaide la présidente de l’AQDR, Pauline Robert. Elle ajoute qu’il s’agit d’une vitrine intéressante pour les candidats qui souhaitent se faire connaître et présenter leur programme.

Le candidat libéral et député sortant, Pierre Breton, était aux côtés des cinq femmes qui espèrent aussi être élues le 21 octobre : Andréanne Larouche (Bloc québécois), Nathalie Clermont (Parti conservateur du Canada), Mariam Sabbagh (Parti populaire du Canada), Raymonde Plamondon (Nouveau Parti démocratique) et Catherine Turgeon (Parti vert).

Dans un premier temps, trois enjeux préétablis par l’AQDR ont été soumis aux candidats : la pension de vieillesse, le retour au travail pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre, et enfin l’assurance médicament universelle.

Le candidat libéral Pierre Breton­ est revenu sur l’âge d’admissibilité à la retraite qui est demeuré à 65 ans — Stephen Harper avait prévu le faire passer à 67 ans en 2023 — et sur l’augmentation du supplément de revenu garanti de 10 %, à 947 $. Il a aussi indiqué que le Parti libéral faciliterait le retour à l’emploi d’une personne recevant le supplément de revenu garanti (SRG), en lui permettant de gagner jusqu’à 5000 $ sans voir son SRG amputé — au lieu de 3500 $ actuellement. Il souhaite aussi faire baisser le prix des médicaments en revoyant le système comparatif servant actuellement à établir leurs valeurs.
Lire la suite sur le site web de La Voix de l’Est.

Revenir en haut de la page