Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Des critères de l’aide à mourir contestés
Des critères de l’aide à mourir contestés
Nicole Gladu au palais de justice de Montréal, ce midi | Jacques Nadeau LE DEVOIR

Des critères de l’aide à mourir contestés

7 janvier 2019

Bonsoir. Aujourd’hui, deux Québécois ont lancé des procédures contre les lois sur l’aide médicale à mourir, la France a annoncé des sanctions post-mobilisation des gilets jaunes et Kevin Spacey a plaidé non coupable à un chef d’accusation d’agression sexuelle.

Écrit par GENEVIÈVE TREMBLAY

Deux Québécois s’étant vu refuser l’aide médicale à mourir ont lancé ce matin à Montréal, en Cour supérieure, des procédures pour contester l’un des critères des lois fédérale et provinciale encadrant la pratique. Nicole Gladu, atteinte du syndrome post-poliomyélite, et Jean Truchon, atteint de paralysie cérébrale, ne sont en effet pas considérés comme étant en «fin de vie» ou près d’une «mort naturelle […] devenue raisonnablement prévisible» au regard des critères actuels d’admissibilité à l’aide médicale à mourir.

Ce que souhaitent faire invalider les deux plaignants concerne précisément cette exigence de mort imminente. Selon eux, et c’est ce que fera notamment valoir leur avocat, Jean-Pierre Ménard, l’ambiguïté des lois à ce sujet permet une interprétation qui désavantage certaines personnes, en plus de les forcer à envisager d’autres méthodes pour mettre fin à leur vie. De nombreux experts seront appelés à témoigner pour chacune des parties pendant le procès, qui durera 33 jours.

Source : Le courrier du soir du 7 janvier 2019 – Le Devoir

Revenir en haut de la page