Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Aînés : vies précaires et solidarité durable – La Presse+
Aînés : vies précaires et solidarité durable – La Presse+

Aînés : vies précaires et solidarité durable – La Presse+

Avec la pandémie de COVID-19, la Journée internationale des aînés, journée surtout communautaire, pourrait gagner en reconnaissance et prendre un sens durablement citoyen.

Appelant une conversation intergénérationnelle nouvelle, fédérant plus de générations solidaires des aînés, 2020 nous fait changer. Nous assistons à un rapprochement intergénérationnel inédit autour de leurs réalités et leurs problématiques, à plus d’écoute active de leurs besoins particuliers, bien qu’on peine à réparer leur isolement social, leur éloignement familial (parfois conjugal) et leur souffrance psychologique lorsqu’ils se retrouvent isolés et seuls en situation de contamination.

Nous, signataires, voudrions que plus jamais personne ne meure seul et que, désormais, chacun puisse se souvenir de cette solidarité témoignée aux aînés, notamment.

En appelant à conjuguer souvenir et solidarité, à conjurer le sort, nous voulons témoigner de notre fierté envers les personnes aînées bâtisseuses de la société québécoise dont nous pouvons apprécier tous les avantages aujourd’hui. En signant et en partageant cette lettre, nous voulons leur dire toute notre reconnaissance pour leur contribution à la société, et les remercier pour leurs luttes et pour nos droits.

En cette période incertaine, inquiétante et difficile pour la connexion à soi et aux autres, nous voudrions partager notre réflexion sur le devoir de réparation envers les aînés et envers la planète. Cela puisque notre souci pour l’avenir des aînés et de l’humanité, du climat et des générations futures, nous porte à vouloir aussi conjuguer justice sociale et justice climatique.

La diminution de l’espace de proximité et d’interaction entre soi et les autres (proxémie) a poussé à penser à une pause de l’humain pour la planète (anthropause). La pandémie prenant des vies et en perturbant d’autres, demandons-nous si l’être humain n’est pas acculé à prendre une pause de lui-même pour sa survie (et non plus seulement pour protéger « sa » planète).

Devant les découragements et les décrochages citoyens face aux normes sanitaires et aux mesures planétaires de protection de ceux qui nous entourent, nous ne pouvons qu’en appeler à cette double réparation (de ce que nous avons fait aux aînés et à la planète). Nous invitons chacun à signer et à partager – sans modération – le Manifeste pour une solidarité durable, qui s’adresse à tous. Cela d’autant plus que nous vieillissons inégalement.

Lire la suite sur le site web de La Presse+

Partager

Revenir en haut de la page