Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / À quel âge est-on trop vieux pour conduire? Des experts se penchent sur la question
À quel âge est-on trop vieux pour conduire? Des experts se penchent sur la question

À quel âge est-on trop vieux pour conduire? Des experts se penchent sur la question

Des chercheurs au Centre de gérontologie (Centre of Aging) de l’Université du Manitoba recueillent actuellement des informations sur les personnes âgées et leurs compétences en conduite.

Depuis 2009, le projet Candrive, de l’Université du Manitoba, suit un grand nombre de personnes âgées de 70 ans ou plus. Le but de ce projet est d’élaborer des outils qui permettront aux médecins de repérer les conducteurs âgés qui pourraient représenter un danger sur la route.

Au Canada, 928 aînés participent à l’étude, alors que 302 personnes de la même catégorie d’âge font de même en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Le projet Candrive utilise des appareils installés dans les véhicules de ces personnes. On surveille la distance parcourue et le risque de collisions, explique la directrice du Centre de gérontologie de l’Université du Manitoba, Michelle Porter.

Au Manitoba, le mois dernier, il y a eu trois accidents de la route dans lesquels des conducteurs âgés de 78 à 82 ans étaient présents.

La Société d’assurance publique du Manitoba (SAPM) explique que ce chiffre sort de l’ordinaire. Ses statistiques montrent que les conducteurs âgés de 16 à 24 ans sont plus à risque d’avoir un accident que les personnes du troisième âge.

Durant la dernière décennie, les chiffres sont restés relativement les mêmes, explique le porte-parole de la SAPMSociété d’assurance publique du Manitoba, Brian Smiley.

Michelle Porter est d’accord avec Brian Smiley sur le fait que l’âge ne détermine pas les compétences en conduite d’une personne, mais ajoute que l’étude est nécessaire, puisque la population est vieillissante.

Le nombre de personnes âgées de 80 ans et plus grandit rapidement. Donc, on peut prédire qu’il y aura plus de conducteurs âgés, dit-elle.

Selon le gouvernement fédéral, les personnes âgées représenteront près d’un quart de la population du pays dans moins de 20 ans.

Michelle Porter explique que les informations recueillies pourraient également aller au-delà de cette étude.

 Nous avons recueilli des données basées sur des millions de kilomètres parcourus par des participants. On pourra donc mener différentes études sur ces conducteurs plus âgés. Par exemple, sur leur état de santé, leurs habitudes de conduite, etc., explique Mme Porter.

René Bazinet, 76 ans, ne souhaite pas abandonner la conduite de sitôt. Par contre, il serait prêt à réévaluer ses compétences sur la route.

Il devrait peut-être y avoir un examen à un moment dans la vie pour évaluer si quelqu’un est capable de continuer de conduire. Certains conducteurs de mon âge sont meilleurs que les conducteurs de 40 à 50 ans.

L’étude Candrive tire à sa fin et sera sujette à une évaluation des pairs avant que les résultats ne soient divulgués. Cela n’empêche pas les chercheurs de dévoiler des résultats préliminaires avec différents ordres de gouvernement.

Michelle Porter s’inquiète du sort de conducteurs dont le permis de conduire est retiré.

Quels sont les autres moyens de transport qui leur sont offerts? La mobilité est liée étroitement à la qualité de vie. Pour le moment, les options [de transport] sont limitées pour ces personnes qui ne peuvent pas se déplacer en voiture.

Mme Porter espère que cette étude engendrera des discussions sur les différentes questions liées aux conducteurs âgés.

Les résultats de l’étude seront disponibles au printemps prochain.

Lire l’article sur le site web de ICI Radio Canada.

Revenir en haut de la page