Accueil / AQDR / Actualité et revue de presse / Clinique médicale privée: Un médecin radié pour avoir confié l’œil blessé d’un bambin au réceptionniste
Clinique médicale privée: Un médecin radié pour avoir confié l’œil blessé d’un bambin au réceptionniste

Clinique médicale privée: Un médecin radié pour avoir confié l’œil blessé d’un bambin au réceptionniste

Louis-Samuel Perron – La Presse – 14 avril 2017

Une légère blessure à la paupière d’un garçon de 3 ans de Blainville a viré au désastre en 2015 quand le bambin s’est accidentellement fait coller l’œil droit par le réceptionniste de la clinique privée. Pour son « manque de jugement grave », le Dr Jean Therrien a reçu une suspension de six semaines par le conseil de discipline du Collège des médecins.

La paupière de l’enfant de 3 ans avait été lacérée par le chat de la famille, le 1er juillet 2015. En ce jour férié, Jean Therrien était le seul médecin en poste à la clinique médicale Dr Jean-Pierre Savaria et associés de Blainville (maintenant Leblanc + Savaria). Le Dr Therrien a décidé de traiter la blessure avec de la colle biologique, une technique « simple, rapide et facile », mais qui comporte certains « risques », selon un expert cité dans la décision.

Or, le Dr Therrien « n’avait ni l’expérience ni les connaissances requises » pour soigner l’enfant, a-t-il lui-même reconnu en audience. De surcroît, le médecin d’expérience a carrément demandé au réceptionniste de la clinique d’appliquer la colle à l’enfant. Celui-ci a bougé pendant la procédure et la colle a coulé dans ses cils. En pleurs, le garçon n’arrivait plus à rouvrir son œil et le médecin n’était pas capable de lui ouvrir les paupières. Dr Therrien a alors dirigé d’urgence l’enfant au département d’ophtalmologie de l’hôpital Sainte-Justine, où des morceaux de colle lui ont été retirés. Ses cils ont également été coupés. La vue du bambin n’a toutefois pas été affectée.

Le fait d’avoir délégué l’application de la colle à un employé sans formation médicale fait partie des « facteurs aggravants » dans cette faute professionnelle, souligne le conseil de discipline, dans sa décision du 21 mars.

De plus, Jean Therrien ne maîtrisait non seulement pas cette procédure, mais il a décidé de la faire dans un endroit « à haut risque, et ce, même en l’absence de personnel qualifié pour l’assister ».

« Traumatisés »

L’enfant et sa mère ont été « traumatisés par cet incident », ajoute le conseil de discipline. «  [La mère] a été laissée seule avec son enfant qui hurlait alors que [Dr Therrien] avait quitté la salle, visiblement paniqué par la situation, et sans que celle-ci sache ce qui se passait », indique la décision.

Jean Therrien a reconnu sa responsabilité dans cette affaire et a exprimé ses regrets aux parents de l’enfant. Il n’avait aucun antécédent disciplinaire en 34 ans de carrière. Son risque de récidive est « faible » selon le Conseil de discipline. Jean Therrien pratique toujours dans une clinique de Hawkesbury, en Ontario, et à temps partiel à la clinique Leblanc + Savaria. Il n’a pas rappelé La Presse cette semaine.

La clinique Leblanc + Savaria a indiqué dans un communiqué hier qu’elle « continuera d’assurer les suivis nécessaires dans tous les dossiers sous la responsabilité du Dr Therrien, et ce, sans exception ».

Revenir en haut de la page